Hublot. Intégration de retraités de plus de 65 ans.

Quand Jean claude Biver reprend l’entreprise d’horlogerie suisse en 2004, elle traverse la crise du secteur. Il la relance sur le modèle Start Up tout en intégrant des personnes retraitées.

Au départ pour pallier au manque de main d’œuvre. Aujourd’hui on les retrouve dans tous les métiers. Leur temps de travail est géré personnellement en fonction de leur envies.

Hublot a multiplié par dix son chiffre d’affaire en 3 ans.

(Source « histoire d’entreprises » juin 2008)

A première vue tout sépare les retraités de plus de 65 ans des jeunes diplômés de 20 ans habituellement ciblés par les Start up. Hublot a fait le pari contraire. Ces passionnés qui travaillent par pur plaisir et offrent une grande flexibilité ont finalement beaucoup de points communs.

Renault. Quels avantages salariés ?

L’ensemble des salariés du groupe bénéficie de réduction sur le prix des automobiles de marques Renault, Dacia et Nissan.

Ces réductions vont de 11% à 20%, en fonction de l’âge du modèle choisi. 11% pour les modèles récents (Laguna III, Clio…) à 20% pour les plus anciens. Ces remises sont accordées dans la limite de deux véhicules tous les quatre mois.

Le bon plan est connu, et les salariés du groupe n’hésitent pas à en profiter sous le contrôle de la direction.

Un site internet est même dédié à la vente des voitures de collaborateurs. Elles doivent avoir entre 4 mois et 10 mois d’ancienneté.

(source: journaldunet.com)

Altadis. Suppression de la moitié des effectifs.

Le groupe de tabac franco-espagnol Altadis, racheté en janvier par son concurrent britannique Imperial Tobacco, taille dans ses effectifs et ses usines.

Le groupe a annoncé ce jeudi 18 juin 2008, la suppression de 1.060 emplois en France, soit la moitié des postes.

Les 2 usines de Strasbourg (cigares) et de Metz  (tabac à rouler) seront fermées.
250 postes supprimés dans les fonctions marketing et ventes.
120 postes supprimés dans les fonctions centrales support.
133 postes supprimés en développement et qualité.

Le plan devrait entraîner autour de 600 millions d’euros de frais de restructuration, selon le groupe britannique, qui compte parallèlement dégager grâce à l’acquisition d’Altadis 300 millions d’euros d’économies par an d’ici 2010, puis 400 millions à partir de 2012.

Altadis avait déjà annoncé en 2006 un projet de restructuration concernant les fonctions centrales et commerciales ainsi que la distribution, entraînant la suppression de 472 postes, 239 en France et 233 en Espagne.

En 2005, le groupe avait fermé l’usine de cigarettes de Lille, qui employait plus de 500 salariés au moment de l’annonce de sa fermeture en 2003.

Danone. Critères éthiques dans le bonus des cadres.

Danone modifie l’assiette des bonus des dirigeants.

Les critères financiers sont réduits. Les performance sociale et environnementales sont désormais valorisées.

« L’économique », « le management » et « le sociétal » sont les trois grands facteurs qui impactent de manière identique le bonus de 900 dirigeants.

L’objectif « sociétal » est défini par les Ressources Humaines, il couvre notamment la réduction de quantité de CO2 et la consommation d’eau. Le facteur « management » comprend, par exemple, la mesure du taux d’accident de travail ou le nombre d’heures de formation de l‘équipe.

Cette pratique est une réelle innovation, a l’heure ou la quasi totalité des entreprises rémunère leurs managers selon des critères exclusivement économiques.

Cette politique salariale accompagne naturellement une nouvelle génération de managers, qui désormais revendique, que le seul développement économique, n’est plus suffisant.

Carrefour. Quels avantages salariés ?

Tous les salariés de Carrefour sont titulaires de la carte du magasin comme les clients et profitent donc de ses avantages.

Mais ils disposent en plus d’une réduction immédiate de 5% en caisse sur tous leurs achats effectués en magasin, sur n’importe quelle marque. Une remise plafonnée à 441 euros d’achats par mois par salarié. Cela représente une économie potentielle de 26 euros par mois et par salarié, ou 312 euros par an.

(Source : journaldunet.com)

Ikéa. Quels avantages salariés ?

Chez Ikéa, tous les collaborateurs peuvent prétendre à des remises de 15% sur leurs achats, quels qu’ils soient : meubles et accessoires en magasin, mais aussi épicerie suédoise.

Cet avantage est plafonné à 3.000 euros d’achat par collaborateur et par année civile. Il est offert à tous les salariés du géant suédois, CDD ou CDI, période d’essai ou pas.

(Source : journaldunet.com)

Air France. Quels avantages salariés ?

En théorie, les salariés d’Air France peuvent sauter dans le premier vol de la compagnie et payer 10% du prix du billet.

Ils peuvent toutefois être confronté à un refus d’embarquement à l’aller comme au retour, si l’avion est plein. Difficile dans ses conditions de prévoir ses vacances.

Du coup, la compagnie encourage son personnel à privilégier les gratuités partielles réservées, dits GPR, dont le tarif est calculé en fonction de la date de réservation, avec de 30 à 50% de réduction, sans limitation de quantité. Un principe étendu aux ayants droits, c’est-à-dire conjoint et enfants.

Par ailleurs, un commandant de bord peut attribuer à sa discrétion une à deux places sur ses propres vols.

(Source : journaldunet.com)

Bosch. Fin des 35h et gel des salaires.

Les salariés de l’usine Bosch de Beauvais ont proposé de renoncer à leurs 12 jours de RTT et de se soumettre à un gel des salaires pendant deux ans pour sauver leur site.

L’équipementier automobile allemand Bosch avait annoncé son intention de fermer cette usine qui fabrique des systèmes de freinage et qui emploie environ 240 salariés.

Le groupe Bosch, présent dans plus de 50 pays, a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 46 milliards d’euros en 2007. Il présente un effectif d’environ 272.000 salariés dont 9.420 en France.