Le secteur de l’ingénierie en pénurie de femmes. A vos CV Mesdames !

48% de jeunes filles au sein des terminales Scientifiques.

Et à peine 10% de ces dernières en écoles d’ingénieurs !

Il faut croire que la médecine, le paramédical, la gestion, le droit, les sciences humaines attirent un peu plus ces dames.

Ou que les stéréotypes ont la vie dure…

L’Association « Elles bougent », créée il y a déjà 5 ans, tente de changer la donne.

Elle propose aux lycéennes et étudiantes de découvrir les entreprises qui cherchent des profils scientifiques et recrutent, par exemple, dans le secteur de l’ingénierie des transports.

D’ailleurs, à l’heure où j’écris ce billet, l’association organise un  rallye des métiers dans la région parisienne. C’est une sorte de parcours d’orientation dans Paris, quiz, ateliers métiers-speed meeting associé à des visites de sites industriels  en région  parisienne (PSA, Valéo, Safran, SNCF, Bosh…)

L’orignalité de ce rallye est de créer des équipes mixes lycéens/étudiants, filles et garçons et de leur associer des « marraines ». http://www.ellesbougent.com/rallye/rallye-des-metiers.php

Le plus simple est de faire un petit tour sur le site internet de l’association (www.ellesbougent.com) qui permet de visualiser toutes leurs actions.

On peut aussi y retrouver toutes les entreprises partenaires sensibilisées à la pénurie de femmes dans ce secteur encore trop masculin. Vous y apprendrez d’ailleurs qu’en 2010, une grande vague de recrutement de femmes est prévue chez Safran.

Parité. La stat qui fait mal

Bain & Company publie une étude criante.

Elle montre qu’aux Etats-Unis, les femmes  représentent 50% des salariés et qu’en Europe, 75% des 8 millions des emplois créés depuis 2000 ont été pourvus par des femmes.

Pourtant, seules 3% des 500 premières entreprises (Fortune 500 cies) sont dirigées par une femme. Et en Europe, les femmes représentent 12% des comités de direction des 100 premières entreprises du FTSE (1 entreprise sur 4 n’a carrément que des hommes dans son comité de direction).

Ces chiffres contrastent malheureusement avec les aspirations : les femmes (à 82%) autant que les hommes (à 91%) aspirent à être des dirigeants de leurs entreprises. Mais là où les hommes sont 66% à penser que les femmes ont des chances de promotions équivalentes qu’eux, le chiffre chute lorsqu’on pose la question aux femmes (moins d’1/3).

L’étude relève 3 principaux raisons à ces écarts :

1. Aveuglement ou hypocrisie ?

Bon, on sait que les hommes viennent de Mars et les femmes de Venus. Quand il s’agit de shopping, ça passe et c’est marrant.

Là, le problème c’est que tant que les 2 sexes continueront d’habiter sur des planètes différentes, il continuera à faire froid dans la galaxie qui les sépare : les hommes sont 2 fois plus nombreux à penser que les femmes ont autant de chances de décrocher les postes.

2. Qui reste finalement au foyer ?

Les hommes (87 %) et les femmes (91 %) pensent que « l’autre sexe » pourrait très bien être celui qui « nourrit la famille ».

Mais quand ça devient sérieux, 77% des hommes sentent que leur partenaire pourrait compromettre sa carrière pour le bien de la famille, contre 45% des femmes.

Et puis il y a le salaire. En général, le sacrifice est fait sur celui qui gagne moins. Facile de deviner sur qui ça tombe. La boucle discriminante est joliment bouclée.

3. La parité n’est pas une priorité stratégique.

Si 3/4 des personnes interrogées déclarent que leur entreprise a mis en place des initiatives en faveur de la parité, seul 1 /4 affirme que son entreprise en fait une priorité stratégique et met donc les moyens appropriés pour réussir.

Un bon début ? Ou de belles déclarations de principes pour faire un peu de communication au recrutement ?

Source : Bain&Company

ADDECO a tout compris de la génération Y

Une grande première dans notre culture d’étouffement des sujets qui dérangent.

Addeco a le courage de la transparence sur ce sujet si sensible de la discrimination à l’embauche.

Le groupe de placement la juge même bénéfique pour son image externe, et source d’amélioration de ses fonctionnements internes.

Ainsi, Addeco révèle les résultats d’une étude interne portant sur leur propre discrimination à l’embauche.

Résultats :

– Les femmes de 45 ans ont 2 fois plus de chances d’être sélectionnées que celles de 25 ans (34% au lieu de 17%), « probablement par anticipation de effets de la grossesse des jeunes femmes sur leur carrière » explique le PDG d’Addeco, François Davy.

– A candidature comparable, 31% des candidats d’origine « hexagonale » sont contactés, contre seulement 17% pour les candidats d’origine maghrébine. Ce déséquilibre est notamment observé pour les postes d’emploi cadres et en contact avec le public. Pour les « petits jobs », le déséquilibre est moins flagrant. Une réalité qui malheureusement viennent alimenter la spirale vicieuse de la discrimination.

Je suis admiratif du risque pris par Addeco sur ce sujet. Et du tabou qu’il brise ainsi.

Mais c’est une démarche d’honnêteté et d’humilité que saura apprécier la fameuse génération Y, très demandeuse de telles marque d’audace et de pragmatisme.

Sans compter les fameuses minorités, femmes jeunes ou origine maghrébine qui j’en suis certain, postuleront davantage à Adecco, convaincues que cette démarche vient au final accroître leurs chances.

Que vaut la grève chez British Airways…

British Airways se prépare à la grève

Le secteur aérien est décidément sévèrement touché par une multitude de mouvements sociaux: les contrôleurs aériens en France puis le personnel naviguant anglais.

On se souvient qu’en novembre 2009 ( voir l’article) la direction de British Airways avait échappé de justesse a une grève pendant les vacances de Noël . Cette fois-ci, il le scrutin a été validé et on évoquait même il y a quelques jours les vacances de Pâques… La rumeur de ces dates a depuis été démentie et le syndicat doit confirmer quand la grève aura réellement lieu d’ici le 15 mars.

Mais British Airways se prépare à faire face.

La compagnie devrait faire appel à d’autre catégories de personnel de l’entreprise pour remplacer les futurs grévistes. Ainsi, la direction a regroupé près de 1000 volontaires qui seront formés afin d’agir en qualité de Stewards et Hôtesses de l’air pendant le mouvement social en remplacent leurs collègues grévistes.
La compagnie prévoit également d’emprunter environ 23 avions d’une compagnie charter ( avec leurs membres de personnel) pour tenter de maintenir un maximum de ses vols pendant la grève.

Ainsi, Willie Walsh, le CEO de BA se dit “autant préparé que possible pour contrer la grève » dans une interview au journal The Guardian.

Ces mesures préventives mettent en rage le syndicat Unite.

Len McClusjet, l’un de ses dirigeants accuse la direction de vouloir “briser“ la grève. “Ce vote massif montre la profondeur du différent qui nous oppose a la direction. Nous espérons que British Airways en tiendra compte et se montrera plus souple dans les négociations afin que nous puissions trouver un accord”.

Alors qui a raison?

La direction qui tente de limiter au maximum les perturbations et pense à ses passagers ( déjà profondément mécontents) , à l’image de sa compagnie ( déjà profondément affectée) et de ses comptes (déjà profondément dans le rouge)?
Ou le syndicat qui souhaite “marquer le coup” et obtenir ce qu’il souhaite ?
( rappelons que le syndicat proteste contre les conditions de travail et des mesures de suppressions de postes).

Réponse le 15 mars. En attendant, bon nombre de britanniques tremblent a l’idée de voir leurs vacances ou déplacements “ s’envoler” …

Sources  The Guardian

Le salaire des acteurs

Après le palmarès des revenus des chanteurs

Le figaro publie le palmarès des acteurs/ stars les mieux payés en 2009: l’article.

C’est Jean Dujardin qui est en tête des acteurs français les mieux payés.

Il obtiendrait 2 millions d’euros par film. Il est connu pour miser sur des intéressements de 0,15 à 0,50 par entrée. A la suprise générale, Dany Boon n’est que numéro 2, puisque ses contrats pour 2009 étaient négociés avant le gros succès des ch’tis.

Sophie Marceau arrive en tête des filles (et 3ème au classement général), elle gagne en moyenne 765 000 euros par film. Où est donc ma préférée, Marion Cotillard ? pas mentionnée dans l’article !?!

Mais on parle d’art, de coups de cœur… Charlotte Gainsbourg est connue pour modérer son cachet en fonction des projets, elle a demandé 450 000 euros pour Prête-moi ta main, mais seulement 75 000 euros pour l’Antichrist de Lars von Trier.

Le salaire, le top de la liste des acteurs à la chance de le choisir.

Un luxe qui fait vraiment rêver…

Le salaire des chanteurs

Challenges propose le palmarès des revenus des chanteurs français en 2009

1/ Johnny Hallyday : 9,7 millions d’euros

2/ Mylène Farmer: 3,6 millions d’euros

3/ David Guetta: 2,6 millions d’euros

4/ Grégoire: 2,3 millions d’euros

5/ Francis Cabrel 1,7 millions d’euros

Voir la suite du classement ici.

A voir les 5 premiers, on comprend que la vente de CD concerne les chanteurs qui plaisent aux seniors. On y trouve aussi, sans surprise, un business man averti, David Guetta.

Grégoire donne un peu d’espoir au système, il a été découvert par le net et vend des albums apparemment…

"Office code", le comparatif des cultures d'entreprises européennes

L’ouvrage « Office code » est édité par Steelcase, il décrypte la diversité culturelle de l’espace de travail en Europe.

Ce livre a pour vocation de définir les habitudes et les coutumes par pays et donc de mieux cerner les attentes des entreprises en terme d’utilisation de l’espace de travail.

Plusieurs pays sont passés au crible:

Les Pays Bas sont un pays très égalitariste. Tous les salariés sont logés à la même enseigne et les supérieurs hiérarchiques ne bénéficient pas d’un aménagement particulier.

Les britanniques avalent généralement un sandwich devant leur ordinateur en guise de déjeuner.

En France, les rituels sociaux au travail sont très importants. On prend souvent la pause entre collaborateurs pour parler de sujets personnels et professionnels.

En Italie, le hall d’entrée et le bureau des dirigeants sont souvent les seuls espaces où un soin particulier est apporté à l’aménagement.

En Allemagne, les bureaux sont conçus pour offrir un maximum de lumière. L’espace individuel est primordial, l’espace partagé n’existe pas.

Pour peu que ces stéréotypes paraissent simplistes, ils reflètent de réelles tendances culturelles à prendre en compte pour améliorer les rapports entre nationalités au travail.

Malgré la tendance à la généralisation de la culture et des modes de vies, certaines différences persistent et peuvent être un frein aux résultats d’une entreprise. De plus en plus de groupes fusionnent avec des entités étrangères et sont, de fait, dans la problématique du travail collaboratif entre étrangers.

Partant du postulat que l’aménagement de l’espace participe au bien-être des équipes, et donc aux résultats et à l’engagement des employés, Steelcase propose des solutions concrètes aux entreprises cosmopolites.

office code

Les femmes plus diplômées et toujours moins payées

On parle beaucoup  sur le blog de l’écart de rémunération qui existe entre les hommes et les femmes, voir cet article notamment. On pense souvent à un écart à même niveau de responsabilité, que l’on vit comme une profonde injustice en tant que femme.

L’Insee a mené une étude globale sur l’orientation des femmes, leur niveau d’étude et leur insertion, à comparer avec les hommes.  Il est intéressant de voir que le niveau d’étude et l’orientation sont encore très différents selon le sexe, ce qui explique certains écarts de rémunération.

On sait maintenant que les femmes sont plus diplômées que les hommes :

– En 2008, 51% des filles sont diplômées du supérieur, contre 37% des garçons selon les chiffres de l’Insee.

Les femmes sont également de moins en moins nombreuses à débuter sans diplôme sur le marché de l’emploi.

Je vous conseille de regarder ce schéma qui parle de lui même.

En 1999, elles étaient 16% dans cette situation, elles ne sont plus que 12% en 2008, alors que 19% des hommes n’ont aucune qualification, une proportion qui ne baisse pas depuis 10 ans.

Grâce à leur niveau de formation, les femmes intègrent plus facilement le milieu du travail :

– En 2008, 14% des femmes ayant terminé leurs études depuis moins de 6 ans étaient sans emploi, contre 16% des hommes ayant le même profil.

Mais à niveau de formation égale, ce sont les hommes qui intègrent plus facilement le monde du travail, parce qu’ils choisissent des filières plus « porteuses ».

Le niveau de rémunération des femmes reste inférieur à celui des hommes, y compris en début de carrière.

Pendant les 6 premières années de leur vie active, les hommes ont un salaire médian supérieur de 10% à celui des femmes (1380 euros contre 1260).

Cet écart en termes d’insertion et de salaire s’explique, selon l’Insee, par les choix d’orientation. En effet, les femmes se tournent vers des métiers moins rémunérateurs, tels que les services ou les sciences humaines et sociales. Les hommes, eux, sont davantage présents dans des domaines de la production et des sciences exactes.

Le fameux écart de rémunération cesserait  donc quand les femmes investissent les métiers traditionnellement masculins…ça reste encore à prouver !

Voir l’étude complète de l’Insee ici