Eiffage. 90% des salariés sont actionnaires.

Alors que le débat sur le partage du profit s’intensifie (Sarkozy est pour une distribution égale entre actionnaires, salariés, investissement), il est intéressant de voir quelles entreprises incluent le plus les salariés dans leur capital.

Le champion est Eiffage (8e groupe européen de la construction et des concessions), dont environ 1/4 du capital est détenu par les salariés, et dont 90% des 71 000 salariés sont actionnaires.

Des chiffres impressionnants et bien loin d’une réalité française qui sépare encore très largement les détenteurs du capital des salariés.

Des chiffres qui montrent à la fois l’engagement et la confiance des salariés en leur entreprise, mais aussi un mode de management plus participatif.

Pour info, voici le classement des entreprises dont le capital est le plus détenu par les salariés :

1. Eiffage : 23,82 %

2. Safran : 21,1 %

3. Bouygues : 15,4 %

4. STEF TFE : 15,3 %

5. Aviation Latecoère : 14,8 %

6. Air France : 12,1 %

7. Vinci : 9 %

8. Société Générale : 8,2 %

9. Essilor international : 7,9 %

10. Saint Gobain : 7,7 %

Source: Euronext FAS IAS®, entreprises du SPF 250

Areva. Remplacer les syndicats par des réseaux de réflexion ?

Chez Areva, il y a un petit réseau de 45 personnes appelés la « Jeune Génération ».

Ce réseau regroupe des employés allemands, français et américains d’Areva NP (centrales nucléaires, combustible…).

Leur objectif est de faire participer les employés motivés à la marche de l’entreprise : ils organisent des groupes de travail sur des sujets tels que le management, la responsabilisation, la communication ou la mobilité internationale.

Ils ont déjà pu faire part de leurs réflexions et de leurs recommandations directement à l’équipe dirigeante, dont le président d’Areva NP.

L’Executive Committee a validé les orientations définies au cours de cette première convention.

Un résultat concret a été obtenu : une charte de mobilité est en cours de réalisation.

A noter également que tous les participants aux groupes de travail bénéficient d’un jour « libre » par mois pour s’investir et travailler à la définition d’actions concrètes.

Il faut évidemment voir l’influence réelle de ce réseau et l’écoute qui lui est consacrée.

Mais cette initiative est intéressante dans son principe. Car les entreprises françaises ne sont générallement pas réputées pour leur approche démocratique du management.

On remarque aussi en passant que de telles responsabilités -faire des propositions sur des sujets managériaux et être considéré par la direction- relèvent « parfois » de l’activité syndicale.

L’irruption de ce type de réseaux montre la place laissée vacante.

Se suicide-t-on chez France Télécom ?

«Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C’est la seule cause.»

Comment attaquer plus directement l’image de son entreprise ?

Et que penser de cette explication définitive donnée par ce salarié de 51 ans qui s’est donné la mort le 14 juillet dernier ?

Quelle responsabilité effectivement donner au management de France Télécom ?

Aux problèmes professionnels du salarié, indépendants du management de France Télécom ?

A ses problèmes personnels ?

Que déduire de cette sombre histoire ? Pas facile. Voici ce que j’arrive à déduire sans trop interpréter :

1. Les trois causes sont liées. Impossible de dire  dans quelles proportions (la lettre ne peut pas être considérée comme objective).

2. Ce salarié se sentait particulièrement mal dans son entreprise.

Un peu frustré de ne pas pouvoir tirer de conclusion définitive, j’ai regardé les seuls faits que j’ai en ma possession.

En France, la population âgée de plus de 20 ans* est de 48 386 993 (insee 2008). On dénombre 12 000 suicides environ par an (source Doctissimo). La proportion est donc de 0.024%.

Chez France Telecom,  la population est de 102 254 salaries. On dénombre 18 suicides depuis février 2008. La proportion est donc de  0,017%.

Il y a donc 29% de suicides de moins parmi les salaries de France Telecom que dans la population française de + 20 ans.

Conclusion, si vous travaillez chez France Télécom, vous avez moins de chance de vous suicider.

Et pourtant, ce que l’opinion retiendra, c’est que France Télécom est une entreprise horrible.

Étonnant non ?

* j’ai pris la population de + de 20 ans pour pouvoir comparer avec les salaries de FT. Cela augmente le taux de suicide en France mais rend comparables les resultats,

Qui part en vacances ? Et où ?

– La moitié des français ne partent pas en vacances cet été

– 64 %  ne partent pas lorsque le foyer gagne entre 1200 et 2000 euros net mensuels

– 25 % ne partent pas lorsque le foyer gagne plus de 3000 euros net mensuels

Parmi ceux qui partent :

– Un tiers va à la plage

– 28 % à la campagne

– 9 % vont à l’étranger (vs 11% l’année dernière)

– 7,5 % à la montagne (dommage, c’est bien la montagne…)

– 55% vont chez un proche, 8% dans leur résidence secondaire

Voilà, rien de spécial à dire, c’était juste pour faire le point en cette fin juillet…

Sources : ipsos Mars 2009

McDonald's. Un DRH remarquable ?

Le DRH de Mc Donald France, Hubert Mongon, a été  élu DRH de l’année (prix Hudson), on en a déjà parlé ici.

Ce prix reconnait le parcours remarquable d’une personnalité de la profession. Il succède à Mme JosetteThéophile, DRH RATP qui avait été récompensée l’année dernière (voir article). Ce prix s’adresse bien à une personne non à une entreprise et ne récompense par un projet en particulier.

Mais comme se fait le vote ?

J’ai posé la question à Valérie Delpit de chez Hubson, notamment en charge du projet.

VD: « Nous définissons une liste de Directeurs des Ressources Humaines (DRH) qui ont fait l’actualité, via le réseau de la fonction RH. Nous sélectionnons surtout les DRH qui ont fait parler d’eux pour des projets ambitieux ou qui sont bien connus des professionnels RH pour leur influence. Ensuite, nous avons une approche officieuse de prise de références, comme cela se fait  dans le cadre d’un recrutement . Pour chaque personne approchée, nous nous intéressons à l’avis de ses pairs, de son équipe et au tandem DG/DRH. A ce stade certains sont identifiés, mais ne souhaitent pas être mis en lumière. Ils préfèrent rester discrets et ne pas être présentés comme « éligibles ». Finalement, le DRH identifié vient présenter son parcours devant ses pairs. Ces derniers votent et peuvent émettre des réserves. Cette année, Hubert Mongon a remporté l’unanimité. »

Vous aurez accès à son parcours détaillé ici.

Si on parle de ses succès récents. On peut dire qu’ il a réussi, depuis 2001 chez Mc Donalds, a  « redoré » l’image employeur de l’entreprise. Il a favorisé l’échange de bonnes pratiques RH en réunissant régulièrement les franchisés via des groupes de travail.

Enfin, il encourage ses collaborateurs à se diplômer, donc développe leurs compétences et leur employabilité. J’avais écrit un article à ce sujet ici.

Faut-il payer ses offres d'emploi ?

Depuis une semaine, Meilleures-Entreprises.fr publie des offres d’emploi.

Nous rassemblons les offres d’emploi qui sont le moins visibles : celles publiées uniquement sur les sites des entreprises. En fait, vous les voyez si vous visitez  un a un les sites corporate officiels des entreprises qui vous intéressent.

C’est donc un travail énorme que d’aller chercher sur tous les sites des entreprises s’il y a une offre qui vous intéresse.

Et c’est EXACTEMENT ce que Meilleures-Entreprises.fr fait pour vous : signaler les offres d’emploi présentes sur les sites des entreprises (319 à ce jour).

Meilleures-entreprises est le 1er site à proposer ce service. Un service particulièrement intéressant en temps de crise.

D’abord, parce que les entreprises ne veulent plus payer pour la diffusion de leurs quelques offres d’emploi. Elles se disent dont que quelqu’un de très motivé ira directement sur leur site. Elles mettent des annonces sur leurs sites mais pas sur les sites emploi.

Ensuite, parce que beaucoup d’entreprises publient des offres sans positions vacantes. Elles font du sourcing. Mais lorsqu’elles tombent sur un bon candidat, elles le recrutent tout de même ou le retiennent pour le futur. Dans tous les cas, il faut donc répondre à ces annonces.

Meilleures Entreprises diffuse gratuitement ces offres.

De façon générale, et encore plus dans une situation économique difficile, il semble « décalé » de demander aux entreprises de payer la simple diffusion de leurs offres d’emploi.

Si vous êtes une entreprise et que vous voulez que nous diffusions votre offre, rien de plus simple, envoyez nous le lien de l’annonce. On enverra les visiteurs sur votre site !!!

Société Générale. Réorganisation en route.

Le plan Evolution vise à réorganiser les activités de banque de financement et d’investissement de la Société Générale.

Il vise la création de trois grandes entités :

– Pôle Relations clients & Banques d’investissement

– Pôle Marchés primaires, financement et couverture

– Pôle activités et marchés

L’objectif est de renforcer l’orientation client et de s’adapter au marché d’après crise.

Selon le PDG Frédéric Oudéa, l’ambition du projet est « une profonde évolution du Business model avec moins de trading pour fonds propres et le renforcement du business clients« .

Le temps de cette réorganisation, la SGCIB  (Société Générale Corporate & Investment Banking) gèle ses recrutements en CDI en 2009.

Les français au bureau sont à fuir !

Vous aurez été prévenu, vous avez intérêt à vous méfier de vos collègues de bureau…

Monster a mené un sondage au niveau mondial, honte pour les français qui semblent ne pas avoir un super esprit d’équipe.

Voila ce qui ressort de ce très sérieux sondage (plus de 18 000 votes enregistrés du 25 mai au 5 juin dernier sur le site de Monster) :

25% d’entre nous s’approprient fréquemment le travail de collègues (quand même !). Le résultat est de 9% au niveau mondial…

22% des français sont tentés d’y avoir recours, même s’ils ne l’ont jamais fait. Par exemple, seulement 6% des salariés canadiens ou britanniques agissent de la sorte…

Nous sommes donc tout simplement les champions du monde du plagiat au bureau ! Ou bien nous assumons plus que les autres nos actes et mauvaises pensées…

Les plus intègres sont à rechercher en Espagne, en Suisse ou au Canada. Vous savez où travailler maintenant !

Source le figaro.fr

JLG Tonneins. Chantage payant.

Les salariés de l’entreprise JLG de Tonneins qui avaient menacé de détruire des nacelles élévatrices produites par leur société, ont obtenu que leur indemnité de licenciement soit portée à 30 000 euros.

Pour faire pression sur la direction, les salariés avaient placé 5 nacelles, prêtes à être livrées, sur le parking de leur entreprise et les avaient entourées de « bouteilles de gaz », ainsi que de « palettes avec du produit inflammable », menaçant de « les faire sauter ».  La menace a été levée à l’annonce de la réunion avec la direction.

Il y a trois semaines les salariés se sont mis en grève, pour obtenir une meilleure prime de licenciement, c’est à dire plus que ce que prévoit la loi. Les salariés font partie d’un plan social annoncé en avril dernier et prévoyant la suppression de 53 postes sur 163. L’entreprise a été rachetée par le groupe américain Oshkosh en 2007.

Jusqu’où ira le chantage ? Qui sera responsable ? Pourquoi les forces de police n’interviennent pas face à ces pratiques illégales ?

Quelle est la prochaine étape ? le pistolet sur la tempe du PDG ?

J’ai très peur de l’escalade dans la violence pour le coup médiatique. C’est tellement tentant d’avoir le pouvoir d’attirer les médias comme des mouches…

C’est la victoire de l’inégalité et l’illégalité, ceux qui menacent de détruire gagnent plus que tout le monde.  La direction est aussi responsable, en cédant à un tel chantage, elle décrédibilise le patronat.

Vigimark. SNCF. Une mauvaise affaire de sans-papiers.

Vigimark est une société de surveillance bien établie dont le principal client est la SNCF.

Il y a quelques jours, la SNCF a décidé de résilier son contrat de service avec Vigimark.

La raison : Vigimark emploierait quelques 150 personnes sans-papier. Essentiellement des maîtres chiens.
Une affaire très sensible.

Continuer la lecture de Vigimark. SNCF. Une mauvaise affaire de sans-papiers.