Un café ou un emploi ?

Vous êtes jeune diplômé ?

Vous n’arrivez pas à décrocher un emploi ?

Allez donc prendre un café !!! Au Café de l’Avenir…

Si vous avez minimum Bac+2, ce « café » un peu spécial vous met en relation avec des bénévoles d’entreprises (100).

image-1.png

Concrètement, votre nouveau coach, salarié d’une entreprise partenaire, analysera votre parcours, vos difficultés, et construira avec vous une véritable stratégie de recherche d’emploi.

C’est la grande mode des événéments de ce type, qui visent à rapprocher les jeunes de l’entreprise. Très Bien. Une de plus me direz-vous…

Et pourtant, cette initiative présente de véritables nouveautés :

– Votre coach a une obligation de résultats. Il s’engage sur votre suivi jusqu’à ce que vous ayiez trouvé un job.

– Les bénévoles viennent aussi bien de PME que de grands groupes ( Bouygues, Decathlon, L’Oréal, Fnac, SFR, BRED…) et presque tous les secteurs sont représentés. Vous avez donc accès à une information exhaustive et crédible sur le monde de l’entreprise.

– L’approche du Café de l’Avenir est de vous « redonner confiance ». Et pour qui connait le dicton : « Confiance retrouvée, job à la clef ! », on ne peut que s’en réjouir…

Café de L’Avenir jette ainsi un pont entre un système éducatif à 2 vitesses, et le monde professionnel.

Car il y a le système éducatif qui prépare à la réalité de l’entreprise en l’intégrant aux cursus de formation (stages, rencontres, préparation à l’entretien…). Et celui qui feint de l’ignorer -en tête duquel figurent glorieusement nos belles universités…

Café de l’Avenir s’adresse à ceux du second monde…

Nous saluons donc cette belle initiative « d’utilité publique« .

Et croisons les doigts pour que les professeurs prennent la main sur ce sujet et acceptent avec pragmatisme, que l’intégration professionnelle ne peut se faire sans eux !

Pour plus s’information, allez sur www.cafedelavenir.org

Philips. Récompenser l'amélioration continue.

Depuis 2001, le groupe néerlandais organise chaque année la Quality Improvement Competition (QIC).

logo-philips2.jpeg

Objectif : valoriser et récompenser les employés améliorant les méthodes de travail, des résultats, et la satisfaction des clients !

Les équipes s’inscrivent à tout moment, et affrontent des équipes du monde entier.

Pour la grande finale, les meilleures équipes soutiennent leur projet devant Comité Exécutif International de Philips, dans des destinations de rêve !

Cette année, la finale était à Dubai (Buenos Aires en 2007!) et c’est une équipe française qui remporte le concours.

Leurs solutions pour accélérer et simplifier le processus d’offres de prix aux clients du Secteur Eclairage ont convaincu les différents jurys.

Mais chaque année, les thèmes traités concernent aussi bien les domaines industriels, commerciaux, services clients, ou logistique…

Et pour les participants, les bénéfices sont multiples : rencontre et apprentissage auprès de collègues aux profils différents, partage de méthodes et outils d’améliorations reconnus.

Financièrement, si les vainqueurs ne sont pas directement récompensés, leur participation permet généralement d’obtenir un bonus supplémentaire sur leur rémunération variable. Le montant reste laissé la discrétion des directions des pays d’origine !

Un bon moyen de récompenser ceux qui font bouger les choses et qui obtiennent des succès !

Travailler au Canada.

drapeau canada

Le taux de chômage est très différent selon les provinces mais dans certaines provinces il est inférieur à 4 %.

En 2020, il manquera un millions de travailleurs, selon Manpower Canada. Des travailleurs manuels, commerciaux, ingénieurs, financiers et ouvriers. Chaque province  a ses besoins spécifiques, dans l’Alberta par exemple, l’exploitation croissante du pétrole créera des oppportunités.

Le canada a un objectif de 260 000 immigrants en 2008. Pour obtenir un permis de travail temporaire, il faut, sauf exception, disposer d’une proposition d’embauche. Devenir résident permanent nécessite de remplir un certain nombre de critères liés à l’âge, la formation, la santé…

Alors prêts ? pour en savoir plus : www.amb-canada.fr , www.workingincanada.com/français ou www.cic.gc.ca.

Attention, il faut savoir que plus de 20 % des métiers sont réglementés: il faut être reconnu par un ordre professionnel pour les exercer. Par exemple, les infirmières, ingénieurs, éléctriciens et enseignants sont des professions réglementées.

Source : www.lexpansion.com

10 jobs en or … à l'étranger.

Les carrières internationales ont le vent en poupe.

Pour ceux qui visent les plus hautes responsabilités, c’est désormais incontournable…

Et pour ceux qui aspirent à la découverte, c’est encore la plus belle aventure…

Planète terre

Pour tous cela, voici une petite revue des jobs les plus recherchés dans le monde.

  1. Métiers manuels qualifiés (électricien, maçon, plombier…)
  2. Commercial
  3. Technicien, production (ingéniérie, maintenance…)
  4. Ingénieur
  5. Manager d’équipe
  6. Ouvrier
  7. Secrétaire,  assistant
  8. Chauffeur
  9. Financier et comptable
  10. Informaticien

Souce : enquête Manpower « talent shortage survey 2008 », réalisée auprès de 42500 entreprises dans 32 pays.

"Travailler plus pour gagner plus", presque vrai !

La dernière enquête Emploi de l’Insee est riche en informations :

1/ Les français travailleraient en moyenne 37,9 heures par semaine, mais si on se concentre uniquement sur le temps complet, la moyenne est de 41 heures. On est bien loin des 35 heures

2/ En revanche, la France au travail ne représente que 51,9 % de la population âgée des plus de 15 ans. Un des pourcentages les plus faibles d’Europe.

3/ 19,8 millions de salariés occupent un emploi à durée indéterminée, 3 millions un emploi précaire. Parmi les premiers, près d’un tiers sont des emplois publics ou parapublics protégés.

4/ Le chômage révèle de fortes inégalités. Par exemple, la proportion de cadres au chômage est de 3,3 %, soit quasi le plein emploi. Ce sont les ouvrières femmes les plus touchées, 16% sont au chômage.

5/ Alors qu’un tiers des salariés à temps partiel souhaiterait travailler plus, les agriculteurs travaillent près de 59 heures par semaine, les artisans, commerçants et chefs d’entreprise 55 heures et les cadres 44 heures.

Finalement « Travailler plus pour gagner plus » n’est peut être pas forcément « l’exacte » solution pour réformer le système français.

Car selon Jacques Marseille, «le véritable enjeu serait de faire travailler beaucoup plus de français et de classer définitivement dans les livres d’histoire l’épisode des 35 heures ».

Jeunes et femmes à temps partiel, inactifs souhaitant travailler, chômeurs de plus de 50 ans : « autant de centaines de milliers de français qui pourraient, en travaillant plus, relancer la croissance, dont l’évolution est si préoccupante».

Source « Le point« 

Société Générale. Vaste plan de recrutement.

La Société Générale lance une vaste opération de recrutement avec plus de 600 postes à pourvoir.

Une intense campagne publicitaire est lancée aujourd’hui.

Objectif, inciter les potentiels candidats à visiter www.careers.socgen.com, le site de recrutement international du groupe. Pour y découvrir « SOGElive « .

Avec SOGÉlive, la Société Générale donne l’opportunité aux candidats et étudiants de rencontrer des experts de la banque, des acteurs clés du monde de l’économie, du management et de découvrir les 150 métiers de la banque.

Cette journée de rencontres aura lieu le 23 septembre à La Grande Arche de la Défense.

Plus généralement, SOGélive a pour ambition de répondre aux nouvelles attentes et comportements des candidats sur un marché de l’emploi très concurrentiel. Ce large dispositif interactif montre la nature enjeux de recrutement prévus en 2008. Et la guerre féroce que se livrent les banques pour s’attirer les meilleurs.

Cette année, la SOGé compte recruter près de 5.500 nouveaux collaborateurs en CDI en France pour ses trois grandes activités que sont les Réseaux de Détail & Services Financiers, les Gestions d’Actifs & Services aux Investisseurs, et la Banque de financement & d’Investissement.

Au total, le groupe prévoit de recruter près de 20.000 CDI dans le monde en 2008.

Si vous êtes intéressés, suivez le lien SOGélive

sogelive1.jpg

RATP. Médaille d'or des entreprises !

La scène se passe dans la salle de conférence de presse du gymnase de l’Université agricole de Pékin. Steeve Guénot, 22 ans, vient de descendre du podium.

Il a reçu la médaille d’or de la catégorie des moins de 66 kilos, en lutte gréco-romaine.

Un dirigeant français lui tend un téléphone portable : « C’est le président, il veut te féliciter ». « Le président de la RATP? » interroge le jeune lutteur, agent de sécurité sur le réseau de bus de le Seine-Saint-Denis.  » Non, celui de la République », lui répond-on.

Frères Guenot

Steeve a manifestement eu une pensée pour son cher employeur, la RATP, qui lui a permis de concilier dans de bonnes conditions entrainement et travail. Il a signé une convention d’athlète de haut niveau qui lui a permis de partir en stage de préparation des JO dès le mois de mars dernier.

Mais la belle histoire ne s’arrête pas là, quelques minutes après la victoire de Steeve, son grand frère, Christophe, est médaillé de bronze en plus de 74 kg. Il est lui aussi salarié de la RATP, agent de maitrise à Fontenay sous bois.

Bravo à la RATP qui a gagné la première place des entreprises aux JO de Pékin!

Stage. Conditions et indemnités.

Vous êtes stagiaire ?
Vous embauchez des stagiaires ?

Voici un bref rappel de conditions des stages (décret 31 janvier 2008, loi sur légalité des chances).

Indemnité.

Tout stagiaire de +3 mois doit être « indemnisé » à hauteur d’1/3 du SMIC, minimum, soit 436,29 euros bruts.
L’employeur est exonéré de charges à hauteur de cette indemnisation.

Durée.

Un stage ne peut excéder 6 mois, sauf accord de l’école.
Si l’employeur ou le stagiaire souhaite mettre fin au stage, il n’y a pas de préavis à respecter.

Risque.

Un stage doit être conclu afin de remplir un objectif de formation précis.
Concrètement, cela signifie qu’un stagiaire ne peut pas effectuer l’activité d’un salarié absent ou licencié.
S’il le fait, le risque est la requalification du stage en CDI.

Convention.

Une convention tripartite (contrat à 3) entre l’étudiant, l’entreprise et l’école est obligatoire.
L’employeur doit tenir à disposition de l’inspection du travail la liste des conventions de stage conclues.

Elle comporte 11 clauses que vous trouvez sur le site du Ministère du Travail, et ci dessous.

  1. La définition des activités confiées au stagiaire en fonction des objectifs de formation ;
  2. Les dates de début et de fin du stage ;
  3. La durée hebdomadaire maximale de présence du stagiaire dans l’entreprise. La présence, le cas échéant, du stagiaire dans l’entreprise la nuit, le dimanche ou un jour férié doit être indiquée ;
  4. Le montant de la gratification versée au stagiaire et les modalités de son versement (voir précisions ci-dessous) ;
  5. La liste des avantages offerts, le cas échéant, par l’entreprise au stagiaire, notamment en ce qui concerne sa restauration, son hébergement ou le remboursement des frais qu’il a engagés pour effectuer son stage ;
  6. Le régime de protection sociale dont bénéficie le stagiaire, y compris la protection en cas d’accident du travail dans le respect de l’article L. 412-8 du code de la sécurité sociale ainsi que, le cas échéant, l’obligation faite au stagiaire de justifier d’une assurance couvrant sa responsabilité civile ;
  7. Les conditions dans lesquelles les responsables du stage, l’un représentant l’établissement, l’autre l’entreprise, assurent l’encadrement du stagiaire ;
  8. Les conditions de délivrance d’une « attestation de stage » et, le cas échéant, les modalités de validation du stage pour l’obtention du diplôme préparé ;
  9. Les modalités de suspension et de résiliation du stage ;
  10. Les conditions dans lesquelles le stagiaire est autorisé à s’absenter, notamment dans le cadre d’obligations attestées par l’établissement d’enseignement ;
  11. Les clauses du règlement intérieur de l’entreprise applicables au stagiaire, lorsqu’il existe.

Thales. Inventer l'In-placement, pour ses séniors.

Petite devinette : quel est le taux d’emploi des 55-64 ans en France ?
Réponse : 38%.

Un des plus faible taux d’Europe (Suède 70%, UK 57%, Allemagne 51%…).

Du coup, le gouvernement a annoncé en Juin, un plan pour encourager l’emploi des seniors. Si le projet de loi est adopté, les entreprises auront jusqu’au 31 décembre 2009 pour signer des accords en faveur de l’emploi des séniors.

Sinon, les employeurs devront s’acquitter d’une cotisation retraite supplémentaire.

Mais certaines entreprises ont pris les devant. C’est le cas de Thales.

Depuis 1999, le groupe de défense a créé une filiale : Thales Missions et Conseil.

Objectifs :

  • Mieux gérer le parcours de ses cadres de plus de 50 ans (environ 7 % des 65000 employés du groupe)
  • Réduire les coûts de conseils externes, et développer une activité de conseil interne s’appuyant sur l’expertise de ses salariés expérimentés

Cette filiale doit être autosuffisante économiquement. Et la concurrence joue à plein car le « cabinet interne » doit décrocher des missions auprès de Thales, en concurrence avec les grands cabinets de conseil.

Rien à voir avec une préretraite.

Et, surtout, Thales Missions et Conseil doit permettre aux séniors de Thales de se repositionner.

Comment ?

Pour une durée maximale de 18 mois, une trentaine de salariés par an, experts dans un domaine, en difficulté dans leur job, et en majorité de +50 ans, intègrent la structure et deviennent des consultants internes du Groupe.

Ils effectuent des missions diverses dans tous les recoins du groupe, répondent à des besoins de tutorat, de coaching.
A la sortie, au delà de l’expertise renforcée ou acquise, ces séniors retrouvent un poste dans le groupe (90%), d’autres deviennent consultants externes ou partent finalement en retraite.

Thales invente ainsi l’in-placement (prononcez INE PLACEMENT).

Quand la plupart des entreprises s’offrent à prix d’or cabinets d’out-placement (payer une entreprise pour trouver un job à ses salariés ailleurs), ou retraites anticipées, le Groupe de Défense prouve que l’innovation RH est plus que jamais au cœur des problématique business, sociales et économiques.

Schneider Electric. La vidéo au service du handicap.

Depuis 1987, Schneider Electric s’engage dans le handicap. 6 accords d’entreprise et 1 accord de Groupe ont été signés.

Jusque là, rien d’extraordinaire puisqu’on rappelle que légalement, toute entreprise est tenue d’embaucher 6% de personnes présentant un handicap.

Mais le dernier accord signé, l’année dernière, présente une innovation particulièrement intéressante.

Son principe est de créer un flux d’entrée de travailleurs handicapés et le renforcement de leur maintien dans l’emploi.

Son objectif est d’embaucher 45 salariés handicapés et en accueillir 45 de plus en contrat d’alternance. Sur 3 ans.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, le Groupe a créé la Mission Handicap.

Et innove, en créant une interface web permettant aux candidats de s‘entraîner à l’entretien d’embauche, de postuler en vidéo (pratique pour les personnes à mobilité réduite !).

En partenariat avec un des acteurs principaux du Vidéo-Recrutement, Job In Live, Schneider espère met ainsi à profit cette nouvelle technique de recrutement.

Schneider

Afin de changer le regard sur le handicap et de dépasser les barrières liées à la mobilité et aux préjugés.

www.jobinlive.com/schneider-electric-handicap/