Michelin. Une formation pas si virtuelle.

Michelin forme ses collaborateurs sur second life avec succès.

200 informaticiens ont déjà été formés au développement d’outils informatiques qui ont vocation à répondre aux besoins des différents services de l’entreprise. Cette formation en salles virtuelles est basée sur des cas pratiques concrets.

100 % des cas ont été résolus.

Bonne Nouvelle : fini le stagiaire isolé devant son ordinateur, avec comme seul support un diaporama ou une vidéo.

Second life permet aux stagiaires d’échanger entre eux et avec les formateurs. Tout se passe comme dans le monde réel, on peut continuer la discussion informelle après la formation.

Et cela sans les inconvénients logistiques, à moindre coûts et de façon ludique. Les stagiaires Michelin sont majoritairement enthousiastes, ce changement d’environnement a créé une dynamique positive.

Mais le principal avantage de second life est de simplifier des problèmes complexes.

Paradoxalement, représenter une problématique dans monde virtuel oblige à la matérialiser. Et c’est la simulation qui permet d’aboutir à la solution plus facilement.

Autre exemple, Carrefour, qui l’a bien compris en conceptualisant sur second life l’agencement de ses supermarchés. Second life n’est définitivement pas un jeu, c’est un outil génial de brainstorming et de conceptualisation.

 

Salariés de +50 ans, vous avez la pression !!!

39% des salariés de +50 ans déclarent travailler sous pression (54% chez les cadres).
Parmi les quinqua sous pression :
–    66% d’entre eux éprouvent des douleurs  (53% pour ceux qui travaillent sans pression)
–    61% éprouvent de la fatigue (30% pour ceux sans pression)


Source CEE (Centre d’Etude pour l’Emploi)

Femmes à potentiel, vous êtes ciblées !

Le Women’s Forum organise le 8 juillet au musée du Quai Branly, avec Total et L’Express, une journée de rencontre et de réflexion destinée aux femmes de 30-40 ans à « haut potentiel ».

Nombreuses sont les grandes sociétés qui souhaitent participer à l’événement : AIG, Barclays, Cartier, Euro RSCG, McKinsey & Company, Fondation L’Oréal, Orange, Renault-Nissan, PricewaterhouseCoopers et Suez.

Le marché des cadres se tendant, un nouveau segment marketing des forces vives apparaît.

Et pour, justement, ne pas rester que sur du marketing, on attend de connaître les offres et les nécessaires adaptations de ces groupes internationaux, aux femmes -jusqu’ici- si peu représentées dans les comités de directions ?

La "cool recruting attitude"

La mode est de séduire les candidats en organisant des événements de recrutement où l’on s’amuse ensemble. Par exemple, H&M invite à se retrouver en soirée, autour d’un verre. A priori la perspective de passer une soirée open bar dans un lieu branché est plus sympathique que de se rendre en tailleur à un entretien de recrutement formel.

Détrompez-vous ! Scrutés par ces recruteurs, vous n’oserez pas bouger d’un cil ! J’admire celui ou celle qui ouvrira la piste de danse sur le dernier tube de l’été devant son futur manager. Et oui, ils rêvent de vous voir au naturel mais vous le savez, c’est bien là le problème.

Si vous essayez de jouer la spontanéité, pensez que c’est précisément quand vous vous sentez bien que la catastrophe arrive. Vous ressentez l’envie de faire tout un tas de choses que l’on fait habituellement dans ce contexte, mais qui sont totalement déplacées, vue la finalité de cette soirée : trouver un emploi sérieux. Attention au verre de trop qui vous fait dire des horreurs sur votre boss, à la tape dans le dos, aux rires sonores, familiarités, grossièretés ou autres dérapages en tout genre. ..

En fait, c’est un exercice subtil, où vous perdez vos repères, qui n’a rien de réjouissant.

Pour vous préparer au mieux à ce nouveau type de recrutement, quelques conseils de base :

1/ Ne vous ne laissez pas tromper par le décor, préparer vous avec la même rigueur qu’un entretien classique

2/ Soyez naturel

3/ Soyez à l’aise. Mais pas trop quand même. C’est là que votre intelligence de situation vous servira

Et pour finir, je m’adresse aux initiateurs : pourquoi brouiller les cartes et nous faire croire que trouver un job est aussi facile que d’aller boire un verre au comptoir ?

SMIC : +0,9%. A quoi ca sert ?

Le gouvernement ne donnera pas de coup de pouce au Smic cette année.

Au 1er juillet 2008, le salaire minimum sera revalorisé de 0,89 %.

Le SMIC horaire sera de  8,71 euros (6,84 euros net), soit 1 321,02 euros brut mensuels pour 35 heures de travail hebdomadaire (1 037,53 euros net).

Une augmentation qui vient s’ajouter à celle de 2,3 % intervenue en mai dernier.

Cette augmentation fait réfléchir :

L’augmentation permanente du SMIC  ayant pour effet de tasser les salaires des classes moyennes (du coup mécaniquement aspirées vers le bas) et déresponsabilisant les employeurs en matière de négociation salariale (il est plus simple d’attendre tranquillement la loi et se cacher derrière), faut-il conserver cet outil, finalement plus utilisé à des fins politiques que pour la construction d’un véritable projet social ?

En effet, quelques chiffres (source Insee) :

  • En 1992, 8,6% des salariés étaient au SMIC
  • En 2007, 13% des salariés étaient au SMIC
    • Soit une augmentation de 51% de la proportion du nombre de Smicards de la population active en 15 ans

C’est normal, puisque rien qu’entre entre 1992 et 2005, le SMIC a augmenté de 57%, alors que le salaire moyen net a augmenté de 25%.

3614_22350111.png

Potel & Chabot. Du manager commercial au responsable de Business Unit.

Le célèbre traiteur haut de gamme parisien (60 commerciaux, 94 M€ CA), confronté à une concurrence intense, a décidé d’accroître les compétences de ses managers commerciaux.

Objectif : Passer d’une équipe de commerciaux aux pratiques hétérogènes, à une organisation commerciale dirigée par de véritables patrons opérationnels partageant quelques standards.

L’organisation. Les technico-commerciaux sont organisés en pools de 3 personnes : un chargé de clientèle et 2 responsables de projet. Ils conçoivent les propositions, repèrent les sites, négocient, réalisent des déjeuners tests, coordonnent les intervenant logistiques, assurent le jour de la prestation et suivent la facturation.

Bref, de véritables patrons de business, responsables de A à Z.

Pratiques de management. Afin d’offrir un management de qualité adapté au contexte business exigeant, et non entièrement dépendant de la personnalité des managers, des standards managériaux ont été définis avec l’aide d’un cabinet extérieur : Dardelin Conseils. Au delà des attitudes que quelques séances de coaching ont permis d’améliorer, 2 thèmes sont devenus centraux :

  1. le partage de l’information entre commerciaux chevronnés et jeunes ‘rookies’
  2. la délégation qui permet à chaque membre de l’équipe d’être pleinement investi dans la gestion du portefeuille client.

Une initiative remarquable et un changement de culture commerciale peu évident à mener dans un univers plutôt traditionnel. Un passage  réalisé en douceur, par le biais de la formation et de l’accroissement des compétences des salariés.

Accenture. Des salariés recruteurs.

Question : Lorsque le marché du travail se tend et que les cadres se font rares, que faire lorsqu’on doit recruter 1 500 nouveaux talents ?

Réponse : Faire comme Accenture et demander à ses salariés de devenir des recruteurs.

L’entreprise de conseil vient de lancer un vaste plan pour inciter ses collaborateurs à parrainer leurs connaissances. Frais de recrutements : de 1 000 à 4 000 euros de prime pour le prescripteur (contre environ 10 000 pour un jeune embauché, les cabinets de recrutement prenant entre 20 et 25% du salaire brut annuel).

Un site Intranet nouvellement crée, permet aux collaborateurs du cabinet de mettre en ligne les CV qu’ils recommandent, et de suivre en temps réel l’avancée du processus de recrutement.

Une initiative pragmatique bien compréhensible en temps de pénurie, en même temps qu’économiquement maligne.

Mais jusqu’où ne pas aller trop loin dans cette organisation clanique déjà marquée du sceau culturel des meilleures écoles de commerces ?

Où s’arrête le clan ? Quand commence le clone ?

Philips. Paradis des chercheurs

Si vous faîtes partie de Philips, n’oubliez pas d’évaluer votre entreprise ici

Philips Electronics est l’entreprise européenne la plus innovante.

En déposant 2 041 demandes de brevets en 2007, Philips occupe la première place en Europe.

Au niveau mondial, c’est le géant japonais de l’électronique grand Public Matsushita, qui domine, avec 2 100 demandes de brevets en 2007.

En 2006, Philips avait déjà déposé 2 495 demandes de brevets.

Le groupe, qui fabrique des appareils électriques, des ampoules, et des systèmes médicaux, consacre 6,2% de son chiffre d’affaires annuel en recherche et développement, et détient plus de 130.000 brevets dans les différents pays et au niveau mondial.

Ingénieurs créatifs, voici de quoi offrir de belles perspectives à vos rêves d’inventions !!!

philips.jpg

SFR. Com Interne 2.0.

Sur Facebook ou Likedin, on retrouve des communautés entières de salariés qui souvent se rassemblent autour de leur entreprise. C’est le cas des salariés de SFR.

Situation à risque pour un employeur ? Parfois oui, car au delà de ne pas contrôler les messages qui paraissent, il ne peut même pas donner son point de vue en réponse.

Alors que faire ?

Pourquoi pas lancer son blog, comme SFR. Ce blog, baptisé My SFR,  vise à recréer, créer, ou récupérer une communauté existante de salariés, mais cette fois mieux contrôlée, ou tout du moins encadrée par un Intranet (c’est à dire : pas de communication avec l’extérieur).

Sur My SFR, on peut réagir à de l’actualité de l’entreprise, faire des suggestions, passer de l’information ou de la compétence, créer son profil avec ses souhaits de carrières, passions personnelles…

Une communication interne innovante  et participative, qui complétant le fondamental message top-down de la direction, pourrait aider à la reconstruction d’un esprit d’appartenance à l’entreprise globalement en perdition, mondialisation oblige.

En revanche, pas d’illusions, empêcher ou contrôler les communications des salariés vers l’extérieur est désormais impossible.

La communication est devenue interne et externe, dans le même instant.
L’image de l’entreprise n’est plus sous le contrôle de la direction, et c’est bien !

Car finalement, l’entreprise appartient autant à l’assistante marketing qu’au PDG.

Une nouvelle donne qui vient profondément modifier le rapport de force à l’image ; et ce ne sont pas quelques applications Web bien pensées qui ne suffiront à protéger les anciens détenteurs de ce pouvoir.
Il va tout simplement falloir que le fond des politiques RH soit en phase avec les images que l’entreprise souhaite transmettre…

Accor. Une solution au stress.

Ibis a lancé une hotline anonyme dont l’intitulé « souffrance au travail » est sans équivoque. Des psychologues sont à l’écoute des salariés 24h sur 24. Cette hotline permet de calmer certaines tensions entre salariés, d’accompagner les victimes de harcèlement moral, d’évacuer le stress lié à la clientèle…

Le groupe Accor ne s’arrête pas là, il s’inspire directement des sujets des appels pour améliorer son organisation et simplifier la vie de ses collaborateurs (garderie, conciergerie…).